En cliquant ci-dessus ou tél  0783587706

Contact@festival-musiques-et-passions

 

Nous accueillons une nouvelle fois le festival d’instruments graves 

MARDI GRAVES avec le concert Bass’olympiques 

 

Dimanche 4 février –  18h30 

Salle des Dominicains à Clermont l’Hérault

 

En cette année olympique,  nos musiciens,  finalistes de cinq disciplines “graves” sont en lice…

 

La contrebasse et le piano font leur cinéma avec le film muet “Fiddelstick” de Harry Langdon, sur une musique improvisée par Brice Soniano et Christopher Hainsworth. 

 

 

La contrebasse devient lyrique et romantique avec Bernard Cazauran et la sonate « Arpeggione »  de Franz Schubert, puis Tom Gélinaud (contrebasse solo)et le baryton-basse Nicolas Rivenq excellent en duo dans un Air de concert de Mozart. 

 

La contrebasse devient jazzy et indomptable avec Brice Soniano lors du Bass bar. Il donne ensuite le relais au trombone de Félix Pereira dans « l’Elégie » de Gabriel Fauré  puis  au serpent de Harumi Baba , qui nous séduit avec des œuvres de la Renaissance.Un concert de haut vol avec des artistes médaillés d’or!

 

 

Fiddlestick

 

Fiddlesticks est un court métrage américain muet en noir et blanc de 1927 mettant en vedette Harry Langdon réalisé par Harry Edwards[1] et écrit par Frank Capra et produit par Mack Sennett.

 

 

Le film était la dernière collaboration entre Harry Langdon et Mack Sennett. L’intrigue était parallèle au film d’Harold Lloyd The Kid Brother sorti plus tôt cette année-là.

 

La famille Hogan s’assoit et débat avec son fils oisif – Harry. Les hommes veulent le jeter dehors mais Mme Hogan espère qu’il sera un jour un grand musicien.

 

Harry ne se rend pas compte de ses propres défauts en tant qu’étudiant en musique, dont l’instrument de prédilection est la contrebasse. Il essaie de jouer « My Wild Irish Rose » et son professeur lui demande de jouer “un morceau à la fois”. Un mot est glissé sous la porte – une plainte des voisins concernant le bruit terrible. Harry réussit à jouer quelque chose que son professeur reconnaît et lui décerne un diplôme, car le professeur veut juste se débarrasser de lui.

 

À la maison, sa famille le met à la porte pour tenter de se frayer un chemin dans le monde. Ils ne montrent aucun intérêt pour son diplôme.

 

Il trouve une pièce infestée d’insectes dans la ville et part à la recherche de travail – avec sa contrebasse. Le propriétaire de Harry ne le laissera pas sortir sa contrebasse tant qu’il n’aura pas payé le loyer. Harry le descend par la fenêtre mais sur une surface de vente pour un magasin d’instruments en contrebas. Il se dispute avec le propriétaire du magasin pour savoir à qui appartient le magasin. Un autre homme lui donne 10 $ pour un violon, pensant que le magasin lui appartient, et Harry utilise ces 10 $ pour racheter sa propre contrebasse. Au début, il rejoint un groupe de rue international dirigé par le professeur von Tempo, mais ils décident qu’il n’est pas ce qu’ils veulent. Von Tempo lui rend ses honoraires et déchire son diplôme.

 

Puis un ferrailleur lui propose 2 dollars pour l’instrument. Mais il veut une démonstration de ce à quoi cela ressemble, alors Harry joue à nouveau My Wild Irish Rose. Un homme au-dessus lui lance un petit radiateur à pétrole en métal. Le ferrailleur réalise le potentiel des objets jetés par les fenêtres sur Harry (pour le faire taire), car ils peuvent être collectés et vendus. Il donne 5 $ à Harry pour continuer à jouer.

 

Ils reviennent avec un chariot plus gros et une cage de protection autour d’Harry pour le protéger des objets lancés.

 

Harry trouve un piano mais il appartient à un homme. Le ferrailleur en propose 50 $.

 

Ensuite, Harry arrive dans un énorme rouleau compresseur et écrase accidentellement le piano. Le ferrailleur pleure. Le propriétaire du rouleau compresseur arrive et pense que son rouleau compresseur s’est enfui tout seul, H dédommage Harry avec 300 $ pour le piano. Il le partage avec le ferrailleur.

 

Il rentre chez lui en haut-de-forme et queue-de-pie. Il dit qu’il a gagné son argent en bidouillant.

 

 

 

Harry Langdon 

 

 Figure oubliée de l’âge d’or du burlesque, il fut pourtant l’égal de Charles Chaplin, Buster Keaton ou encore Harold Lloyd en son temps. Après avoir joué dans des spectacles de cirque et de vaudeville dès l’âge de dix ans, il débute au cinéma en 1923 et tourne plusieurs courts métrages Il fait ensuite la rencontre décisive du débutant Frank Capra avec qui il tourne trois films : Tramp Tramp Tramp (1926), The Strong Man (1926) ainsi que Long Pants (1927). Harry Langdon fut à la fois acteur et réalisateur.  On a dit que son désir d’indépendance, son ambition toute neuve, lui ont été fatales. […] Il ira alors d’échec en échec, et n’intéressera plus le public : cet acteur fabuleux ne sait pas réaliser un film. Harry Langdon meurt en 1944 comme il a le plus fait rire: en silence […]

Mais son visage, sa présence, ses gestes, on ne peut pas les oublier. Ce quadragénaire, avec son air de petit enfant ou d’éternel jeune puceau, s’est fabriqué un monde qui lui ressemble et qu’il contamine de sa lenteur, de son onirisme, de son malaise aussi. Un monde empli de hasards objectifs que la vie sème au-devant de lui comme des peaux de bananes, auxquels il répond en jetant des gags purs, poétiques, gratuits: il souffle sur sa lampe à pétrole dans une rue enneigée et ce sont tous les réverbères de la ville qui s’éteignent. Les surréalistes aimaient Harry Langdon, et pas seulement parce que l’une de ses plus célèbres scènes est un rêve de meurtre (dans Long Pants). Langdon n’a rien d’un athlète, d’un acrobate ou d’un danseur. Il n’épate personne par ses prouesses physiques et ses mimiques toujours avortées sont parfois presque déplaisantes tellement elles durent. Non, le comique langdonien vient d’ailleurs, tombé du lit, du nid ou du ciel. Il a toujours l’air de s’être réveillé il y a un instant et à grand peine, il commence même certains films endormis et, quand il ne peut se dépêtrer d’une situation accablante, il se met à rêver comme on fait des bulles. C’est drôle, mais pas seulement. La certitude d’avoir affaire à une créature à part est tenace. Son visage blanc est un mystère qui renvoie à d’autres mystères. Il est presque difficile de trouver sa place de spectateur devant ses films car, somnambule assurément, Harry Langdon vit dans un songe et on ose à peine le réveiller.

 

 D’après  Jean-Philippe Tessé, critique de cinéma aux Cahiers du cinéma

 

CHRISTOPHER HAINSWORTH

 A l’âge de 12 ans sa voix devient plus grave et ses pieds peuvent enfin atteindre le pédalier de l’orgue, lui permettant d’abandonner le piano pour le Roi des instruments! 

Conjointement à une carrière d’enseignant, il mène une belle carrière de soliste et d’accompagnateur à l’orgue, au clavecin et au pianoforte depuis une trentaine d’années, principalement dans le Midi et en Nouvelle-Zélande.  Après des études de musique et de lettres en Nouvelle-Zélande, une bourse du gouvernement français permet à Christopher de compléter un doctorat à l’Université de Toulouse et de devenir professeur et plus tard Directeur de la Section Musique à l’Université du Waikato. 

Cependant, son rêve de vivre de la musique en France se réalise et il arrive à Béziers en 1984, où il enseigne d’abord à la Société de Musicologie du Languedoc avant de fonder un département de musique ancienne au Conservatoire de Béziers, dont il devient directeur en 2003 et qu’il a quitté depuis pour se consacrer entièrement à la musique. 

Il est également organiste titulaire de la Cathédrale de Béziers depuis 2005, pianiste/organiste de cinéma muet, Président ou Conseiller artistique de plusieurs associations musicales, membre de jury, conférencier et Chevalier de trois confréries vinicoles! 

En 2018 il est nommé Professeur distingué ès Arts à l’Université Marshall aux Etats-Unis.

 

 

Brice Soniano 

 

Brice Soniano découvre la contrebasse à l’écoute du disque de Bill Evans ‘You must believe in Spring’ et entreprend une formation classique avec Jean Ané dont il suivra les classes au Conservatoire Municipal de Béziers pendant 3 ans. En parallèle, il fait de nombreux stages avec des maîtres de la contrebasse: Bernard Cazauran, Eddie Gomez, Jean-Paul Céléa, Riccardo Del Fra, Marc Johnson (…) et Hein Van de Geyn. Ce dernier l’invite à le suivre au Conservatoire Royal de La Haye où il pourra se perfectionner dans les départements classique et jazz, suivant les enseignements de Knut Guettler, Frans van der Hoeven, Jean-Paul Everts, ainsi que la classe du compositeur Cornelis De Bondt. Gradué en 2005, et alors que ses amis partent à New-York, Brice part à la recherche d’une expérience authentique de vie et de musique auprès des pygmées Baka dans la forêt équatoriale du Cameroun

A son retour Brice décide de se consacrer principalement aux musiques aventureuses où écriture et improvisation se lient inextricablement, et parallèlement son intérêt pour les musiques anciennes et du monde ne cesse de croître. Il parcours l’Europe pour jouer avec l’ensemble à cordes Jargon du compositeur néerlandais Maurice Horsthuis, avec Harmen Fraanje’ Aneris, avec Christian Mendoza Group, en duo avec Joachim Badenhorst… Actuellement vivant au Danemark, Brice fait parti du quartet européen de Lionel Beuvens, du quartet ‘Strejf’ du pianiste danois Carsten Kaer, il vient d’enregistrer un disque en trio avec Giovanni di Domenico et Joao Lobo, et en janvier 2015 travaillera sur les visions d’Hildegard van Bingen avec les chanteuses Liesbeth Bodyn, Aino Peltomaa et le percussioniste Toma Gouband.

Brice Soniano monte son label Astropi avec ses vieux compagnons Toma Gouband et Harmen Fraanje sur lequel vont sortir le troisième opus de ce trio, ainsi que son attendu ‘Beyond Time’.

Il joue/à joué avec: Eve Beuvens, Alexi Tuomarila, Michael Moore, Jeffrey Bruinsma, Fredrik Ljunkvist, Nelson Veras, Malik Mezzadri, Juan Parra Cancino, Ernst Reijseger, Peter Evans, Erik Vermeulen, ensemble l’Arpeggiata, (…)

En cliquant ci-dessus ou tél  0783587706

Contact@festival-musiques-et-passions

 

Bernard CAZAURAN

 

Contrebassiste. Super Soliste de l’Orchestre de Paris

Professeur au Conservatoire National Supérieur De Musique de Lyon

 

Premier Prix du Conservatoire National Supérieur de PARIS en 1966

Rentre à l’Orchestre de Paris lors de sa création par André Malraux en 1967

Lauréat du premier concours international de contrebasse de Genève en 1969

Médaille d’argent à l’unanimité au deuxième concours international de contrebasse  de Genève en 1973

Deuxième prix au concours international « Valentino Bucchi » de Rome en 1978

Joue régulièrement avec l’Ensemble Intercontemporain  et Pierre Boulez

Débuts des nombreux concerts de musique de chambre organisés par Daniel Baremboïm au sein de l’Orchestre de Paris, en France et à l’étranger.

 

Participe à la création d’une école d’orchestre : l’Afprojen de 1984 à 1987

Fait partie de l’ensemble à vents « Maurice Bourgue »

Ouvre une classe de contrebasse au conservatoire de Franconville en 1989

Enregistre un premier disque avec orchestre chez VDE Gallo en 1990

Création du « Diptyque » de Henri Dutilleux au Festival de Besançon en 1991

Professeur au Conservatoire du Centre à Paris en 1992

 

Rejoint le Quartet de Tango « Carrasco H » en 1995

Enregistre un deuxième disque de duos violoncelle et contrebasse, chez VDE Gallo en 1996

Nombreux concerts de tangos argentins et sortie du premier disque avec le Quartet  « Carrasco H » en 1997

Nommé professeur au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 1998

 

Bernard Cazauran a donné des récitals en France à Paris, Lyon, Rennes, Tarbes, Reims,… et à l’étranger en Italie, Suisse, Chine et au Luxembourg.

 

Sa vie de musicien d’orchestre est marquée par la direction à l’Orchestre de Paris de grands chefs tels que : Charles Munch, Herbert Von Karajan, Georges Solti, Léonard Bernstein, Lorin Maazel, Seiji Ozawa, Zubin Mehta, Daniel Baremboïm.

 

Harumi BABA-DATH (Tuba, Serpent)

 

Originaire de Tokyo (Japon), Harumi Baba-Dath obtient en 2002 le diplôme de Tuba à l’université de musique de SHOWA au Japon dans la classe de Kensuke Yao, ainsi que le prix d’Excellence de Tuba dans la classe de Melvin Culbertson au CRR de Perpignan. En 2008, elle obtient son DNESM au CNSMD de Lyon dans la classe de Melvin Culbertson et d’Arnaud Boukhitine.

Elle remporte plusieurs prix internationaux, notamment le 1er prix du Concours de Tuba Harvey G. Philips au Japon. Harumi Baba-Dath joue occasionnellement dans l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Opéra de Toulon, l’Orchestre Les Siècles, l’Orchestre Génération Symphonique, l’Orchestre de Lucerne Festival Academy…, et participe à plusieurs projets de musique contemporaine et d’improvisation.

Suite à la rencontre avec Michel Godard, Harumi a découvert le Serpent. Elle travaille alors cet instrument dans la classe de Volny Hostiou et Jean-Pierre Canihac et obtient par la suite le DEM de Serpent au Pôle des Arts Baroques du CRR de Toulouse. Harumi joue maintenant dans différents ensembles de musique ancienne : orchestre baroque et musique de chambre. 

Elle est actuellement professeur de Tuba et Serpent au CRR de Perpignan et au CRR de Montpellier.

SAISON 2023-2024

 

 

 

Dimanche 21 janvier 18h Espace des Dominicains

Journée Adam Laussel, Un grand compositeur et musicien natif de Clermont l’Hérault !

Conférence en musiques : piano, violon, violoncelle. A découvrir absolument !

 

Dimanche 4 février 18h30 Cinéma Alain Resnais ou Espace des Dominicains

3° partenariat avec le Festival des Mardi Graves, Les Basses Olympiques 

Ciné-concert Harry Langdon, Trio de la Loge, trombone, tuba, percussions (Orchestre National de Montpellier). De l’humour, du plaisir ! Venez nombreux !

 

Dimanche 7 avril 18h Espace des Dominicains

Les Carmina Burana de Karl Orff – Piano à quatre mains et percussions. Surprenant ! A voir impérativement  !

 

Samedi 4 mai 20h30 Espace des Dominicains

Spectacle Bruce Springsteen, Mon ami d’Amérique, Groupe French like us. Tout public, pour les fans et les autres !

 

Dimanche 16 juin 18h Eglise Saint Paul

Marie Cécile Lahor, orgue, Thierry Micalet, trompette (soliste à l’Orchestre National de Montpellier) Bach…  Triomphe de la trompette avec orgue !

 

Les concerts de la saison 2023-2024